Le découvert bancaire

Pour éviter les refus de paiement de votre banquier vous pouvez avoir besoin d’une autorisation de découvert. Le plus simple est de négocier directement avec le gestionnaire de votre banque. Le plus souvent votre banquier vous propose ce service à l’ouverture du compte avec la convention d’ouverture de celui-ci.

En fonction de vos revenus vous aurez une autorisation écrite qui vous permettra ponctuellement d’être à découvert. Ponctuellement, car votre compte doit nécessairement revenir en positif tous les mois (c’est le principe-même de l’autorisation de découvert). Généralement votre compte doit être en « positif » au moins 15 jours par mois (à vérifier sur le contrat).

Le découvert bancaire est payant

Ce n’est pas parce que votre banque autorise le découvert que celui-ci est gratuit. Il existe donc un taux pour calculer les intérêts débiteurs de votre compte pendant la période où vous étiez à découvert. Le taux d’un découvert autorisé est tout le temps inférieur à celui du découvert non autorisé. Les intérêts sont prélevés directement sur votre compte.

Le découvert non autorisé

Si vous n’avez pas d’autorisation, ou si vous dépassez votre autorisation, même de quelques euros, votre banquier est en droit de refuser les paiements qui se présentent (chèques et prélèvements principalement). Si vous avez une difficulté passagère, le minimum est de prévenir votre banquier. Cela lui montre déjà que vous faites vos comptes et que vous êtes conscients du problème, et surtout cela évitera de le mettre « devant le fait accompli ».

Votre découvert persiste ?

Si tous les mois votre compte est à découvert cette situation doit vous alerter. Soit vous avez des dépenses trop importantes, soit vous n’arrivez pas à remonter la pente… Le plus simple est de demander un crédit pour résorber votre découvert. Crédit ne veut pas dire longue durée et de nombreux établissements vous proposent des crédit à petit taux sur des durées de 12 mois. Profitez-en !

2014 - TOOLTIP SARL - Tous droits réservés